Bientot-streaming

Catégories
Archives
Évènements à venir
  • C’EST LA OUATE QUE JE PRÉFÈRE

    19 février 2019 to 3 mars 2019
  • Exposition d’Anneyron Photo Club : Seul

    19 février 2019 to 31 mai 2019
  • Stage de cirque pour les enfants chez le Baron de Bayanne

    19 février 2019 to 22 février 2019
  • Exposition Anneyron Photo Club: Portraits de femmes

    19 février 2019 to 31 mai 2019
  • FESTIVAL Graines de Rêveurs

    22 février 2019 to 24 février 2019

Valence : Le président de la République échange avec les élus

Le président de la République s’entretient avec une cinquantaine de maires (associations des maires et associations des maires ruraux), avec les préfets des 12 départements de la région. A noter également la présence de Gérard Collomb, ancien ministre de l’Intérieur, redevenu maire de Lyon. Sebastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales, s’est exprimé à son arrivée.

Voici les premiers mots d’Emmanuel Macron : « Je trouve que c’est une bonne façon de décanter beaucoup de sujets (…) L’objectif c’est qu’on puisse évoquer beaucoup de sujets nationaux et locaux. Il n’y aura pas forcément réponse à tout (…) Ca n’est évidemment pas à proprement parler le grand débat (…) mais en parallèle à ce grand débat, je pense qu’il est important qu’il puisse y avoir un échange entre les élus  de la République et le président de la République. Je suis là pour vous écouter, entendre et absorber l’ensemble de nos échanges… S’il vous plaît, soyez libres, et merci d’être là. »

Le premier maire à prendre la parole, c’est Nicolas Daragon, maire de Valence. « On aurait préféré qu’elles (les circonstances, NDLR) soient plus apaisées. Nombres d’élus locaux ruraux regrettent de ne pas avoir été invité à ce déjeuner. Des concitoyens aussi ». Après avoir échangé avec quelques citoyens, Nicolas Daragon doit remettre une pétition au Président.

Interrogé, le président de l’Association des Maires ruraux de la Drome Michel Grégoire, confiait juste avant la rencontre : « Je veux parler de ce que j’entends et de ce que je partage avec les citoyens. Il y a une envie de plus d’attention, une image moins comptable et budgétaire, et plus d’humanité. Il faut renouer avec la confiance ».

De son côté, Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère, a confiance dans cet entretien. « Il faut arrêter de vouloir le tuer avant qu’il soit sorti de l’oeuf. Je veux faire confiance à l’Etat. Les réponses doivent être co-construites entre l’Etat, les élus et les syndicats ».