Catégories
Archives

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

LE PAPIER DANS TOUS SES ÉTATS

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

MARCHE DE NOËL au Prieuré de Charrière

  • --

    Journées

  • --

    heures

  • --

    Procès-verbal

  • --

    secondes

[ANNONAY] L’hôpital proche de la saturation

“Les signaux sont inquiétants en Ardèche”, avertit le maire d’Annonay, Simon Plénet. “Et particulièrement le nord du département.” Bien que le territoire ait été épargné durant le confinement, il est aujourd’hui lourdement impacté. Les chiffres de la deuxième vague surpassent déjà ceux de la première : 14 personnes ont été prises en charge en réanimation et quatre sont décédées de la Covid.

Actuellement, plus de 50 patients Covid sont soignés à l’hôpital d’Annonay, ainsi que cinq en réanimation. Cette semaine deux personnes ont dû être transférées en réanimation vers le centre hospitalier de Valence.

40 agents de l’hôpital contaminés

Au centre hospitalier d’Ardèche Nord (CHAN), les admissions sont montées en flèche depuis une dizaine de jours. “Il a fallu mettre en place une réorganisation rapide sur l’établissement”, explique le directeur de l’hôpital, Cyril Guay. “Il faut savoir que les patients Covid nécessitent beaucoup de moyens humains.” Actuellement, au CHAN, il manque plus de 40 agents, eux-même contaminés par le Coronavirus. Conséquence : l’hôpital est en tension.

“On est obligé de faire des choix”, poursuit Sylvie Jay. Cette médecin réanimateur est aussi présidente de la commission médicale de l’établissement. Elle est en première ligne dans la gestion de la crise sanitaire. “Hier, par exemple, on devait ouvrir un deuxième service de réanimation mais on a finalement opté pour ouvrir des lits de médecine pour les patients Covid. On ne pouvait pas faire les deux… Nous n’en avons pas les moyens.”

Comment faire face ?

Autre choix cornélien, celui de ne pas admettre en réanimation les personnes de plus de 80 ans. La médecin réanimateur explique cette décision par la difficile récupération des personnes âgées après une réanimation. “Les patients perdent tous leurs muscles. Et les personnes âgées ne se relèvent pas de ça…” Elle assure que ces personnes ne seront pas, pour autant, laissé sans soin.

La question maintenant est de savoir comment s’occuper de tous les patients dans les jours et semaines à venir. “L’hôpital est proche de la saturation”, assure la médecin.

A noter que les visites à l’hôpital sont actuellement interdites sauf cas particuliers.