in ,

Chantal Goya à Barbières : “Le temps ne me change pas !”

Chantal Goya et Bécassine seront sur scène ce dimanche !

Une carrière exceptionnelle, des millions d’enfants petits et grands qui connaissent ses chansons par coeur… Chantal Goya se produira ce dimanche après-midi aux Ateliers Magiques de Dani Lary, à Barbières. 

Chérie FM : Connaissez-vous déjà les Ateliers Magiques de Dani Lary ?

Chantal Goya: « Non, pas du tout. Je connais Dani Lary, bien sûr, et je sais, en voyant des photos, que c’est quelqu’un qui a fait quelque chose de très beau et je suis contente d’y aller. Je ne sais pas quelles sont les hauteurs, parce qu’on a des décors assez haut, mais mon équipe technique essaiera de s’adapter. »

Evidemment, sur scène, on va retrouver tous les personnages qui vous accompagnent : Bécassine, le loup, le lapin aussi…

« Oui, le Chat Botté, Bécassine, les 4 Petits Lapins, la Forêt de Brocéliande. Il y aura évidemment Pandi Panda, qui est une star maintenant, parce qu’il représente toute la planète. Donc je suis très, très contente de venir. Ca va être très joli ! »

Vous avez fêté récemment vos 80 ans, et on vous sent toujours autant en forme !

« Moi, déjà l’âge, ce n’est pas du tout mon truc. Comme disait ma grand-mère : « on a l’âge de ses artères ! » Et je suis toujours avec une espèce d’énergie de mes 25 ans. Puis physiquement, je ne fais pas mon âge, parce que j’ai la chance de ne pas être malade, d’être très positive, très énergique. L’âge, on ne s’en est jamais occupé dans la famille. Maman m’a dit : « ta grand-mère est partie à 108 ans. »

Je prends un plaisir énorme

Je ne savais pas. Elle est partie en dormant. Ma mère est partie en dormant aussi, elle n’avait jamais été malade de sa vie. Alors, je crois que je prends le chemin de mes grands-parents. C’est dans les gênes de la famille, on est très, très jeunes… On est nés comme ça. C’est une chance ! »

Prenez-vous toujours autant de plaisir sur scène ?

« Oui, surtout moi qui suis directe. Déjà, je me souviens qu’à l’époque quand Jean-Jacques (Debout, ndlr) me faisait une chanson qui ne me plaisait pas, je disais : « non, je ne veux pas la chanter, ça ne me plaît pas ». C’était radical ! Mais je suis quelqu’un de très sensible à ce j’aime, à ce que je sais faire et ce que je ne sais pas faire surtout. Donc je prends un plaisir énorme de revoir mon public qui a toujours été fidèle.»

 

Comme m’a dit Barbara : « tu les retrouveras tous dans 40 ans ! » Eh bien vous voyez, je les retrouve tous, ils ont 40, 45 ans, avec des petits qui ont deux-trois ans.  C’est incroyable, ils connaissent toutes mes chansons. Et je ne saurais jamais comment les remercier, parce que ce sont les parents et les grands-parents qui apprennent les chansons aux enfants. »

Devant la scène, il y les enfants, les enfants des enfants et peut-être même aussi les enfants des enfants des enfants !

« Oui, c’est sans fin. Ils me voient sur scène, ils n’imaginent pas cette vie incroyable que j’ai derrière moi. Mais je suis quelqu’un qui avance. Le temps ne me change pas, c’est la chance que j’ai aussi.

C’est dans mon caractère d’être positive

Je pense que je suis née sous une bonne étoile et comme m’a toujours dit Jean-Jacques Debout : « tout ce que tu as en toi, ça vient de très, très loin. À mon avis, ça vient du Vietnam où une bonne fée s’est penchée sur ton berceau. »   Malgré tous les problèmes, les ennuis, les malheurs… Vous savez, on est tellement positifs dans la famille, qu’on avance, on avance, on avance ! »

Vous dites que la mode n’a aucune emprise sur vous, et que vous ne prenez que le côté positif, vous ne vous embarrassez pas avec le côté négatif des choses ou de la vie…

« Bien-sûr, je vois tous les problèmes, parce que moi, je suis comme tout le monde : il n’y a pas de baguette magique dans la vie de tous les jours. Le courrier arrive, il est sympa ou pas sympa, mais il faut trouver des solutions. Il ne faut pas se miner, parce que franchement, c’est terrible d’être miné par des mauvaises nouvelles, et c’est vrai qu’il y a des mauvaises nouvelles, et puis après ça nous grignote. Moi, je connais : Jean-Jacques est un anxieux. Ce n’est pas comme si j’étais dans une famille où tout est rose. Tout est compliqué, tout est difficile, mais je pense que je suis la seule dans la famille à avancer, à être toujours la bonne fille qui tient son bâton en avant, parce que moi j’y crois. C’est dans mon caractère d’être positive, d’avancer ».

N’est-ce pas aussi finalement un spectacle pour adultes au milieu de cette actualité compliquée ?

« Vous avez raison. À Bruxelles dernièrement, je me suis rendu compte qu’il y avait 4000 personnes, que des adultes, qui hurlaient, et j’ai dit à Jean-Jacques : « mais c’est fou en ce moment ! » C’était pareil au Palais des Congrès. Il m’a dit « tu sais, on a tous été tellement bloqués chez nous, tellement malheureux, tellement attristés d’avoir des membres de la famille qui sont partis tellement vite avec cette sale maladie, qu’en te revoyant ça redonne de la vie à tout le monde, et ça rappelle des souvenirs, quand ils étaient petits ou quand les parents allaient bien ».

Les personnages sont toujours les mêmes

C’est fou, parce que moi ils me disent tous : « vous me rassurez, vous continuez, donc vous allez bien ! »  Je dis : « oui je vais bien ».  Je n’ai jamais eu le Covid, et je vais très bien. Je suis quelqu’un comme tout le monde, je ne suis pas magique malheureusement, mais je pense que j’ai un caractère très fort qui me permet d’avancer. Là, je suis enrouée ; je vais prendre du citron et du miel, et ça ira mieux !

Puis sachez que les personnages sont toujours les mêmes, je ne les ai jamais changés. Le Chat Botté date de 1982. Bécassine, le Lapin… c’est toute une belle histoire qui est dans mon cœur, grâce au public. Et que je donne du rêve, parce qu’aujourd’hui, je sais que c’est difficile, la vie est dure, donc si pendant 1h30 ils ont un petit côté de rêve qui leur arrive dans le cœur, ça me fera tellement plaisir… Parce que moi je pense toujours aux autres. En premier, les autres, moi, c’est après ! »

Chantal Goya se produira ce dimanche après-midi à 14h30 aux Ateliers Magiques de Dani Lary. Il reste quelques places. Retrouvez l’interview de Chantal Goya par Guillaume Sockeel :

2110 INVITEE CHANTAL GOYA

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Vendredi 21 octobre 2022 : Le journal de 12h

Grave accident à Saint-Barthélémy-de-Vals dans la Drôme.

Pont-de-l’Isère : Deux blessés graves dans un accident