Drôme/Ardèche : Les autorités serrent la vis face à la cinquième vague

La campagne de vaccination cible notamment les jeunes de 12 à 17 ans.
Photo d'illustration.

Cela se confirme de jour en jour : la situation sanitaire se dégrade partout en France, y compris sur nos territoires. L’Ardèche porte d’ailleurs le bonnet d’âne : avec 436 cas pour 100 000 habitants (selon les dernières données connues le vendredi 26 novembre au soir) le département enregistre toujours le taux d’incidence le plus élevé de France. Un record dont le Préfet se serait bien passé.

Trois écoles fermées en Ardèche

Ainsi, en Ardèche, 74 personnes atteintes du coronavirus sont actuellement hospitalisées, dont cinq en réanimation. Le virus n’épargne pas les plus jeunes : trois écoles et 74 classes sont actuellement fermées dans ce même département. De l’autre côté du Rhône, ce sont 68 classes qui sont fermées, d’après les chiffres dévoilés ce vendredi par l’Académie de Grenoble. Face à cette cinquième vague, les autorités réagissent.

Conformément aux annonces officialisées jeudi par le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran, l’offre vaccinale sera renforcée. En plus des opérations de dépistage programmées dans des lieux de forte circulation du virus, des opérations spécifiques de vaccination sont proposées. Dans le Nord de l’Ardèche, il sera donc possible d’aller se faire vacciner : 

  • Samedi et dimanche, entre 8H30 et 14 heures au centre de santé de l’ADMR d’Annonay, et tous les week-ends “au moins jusqu’au 12 décembre“, précise le communiqué conjoint de la Préfecture et de l’ARS.

Des contrôles renforcés sur le terrain

Ces mesures de prévention sont complétées par un volet plus répressif. Le Représentant de l’Etat en Ardèche a ainsi demandé aux policiers et gendarmes d’intensifier les contrôles des lieux soumis au passe sanitaire, et ceux du port du masque dans les lieux fortement fréquentés, comme les marchés. En Drôme comme en Ardèche, il faudra porter le masque sur les marchés de Noël. Les Préfets des deux départements, Elodie Degiovanni et Thierry Devimeux, rappellent l’importance du maintien des gestes-barrières

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

L’Invraisemblable vérité

Drôme : Elle avait permis de retrouver un enfant kidnappé !