in ,

Drôme : un traitement contre la Covid19 expérimenté

Image illustration complément alimentaire

Alors que le variant Omicron se diffuse de plus en plus vite en France, l’ensemble du secteur de la santé est mobilisé. Et c’est aussi le cas dans les facultés. A l’Université Grenoble Alpes, des chercheurs travaillent notamment sur des médicaments pour lutter contre les symptômes du Covid19. 500 personnes doivent tester cette méthode pour prouver son efficacité mais il manque encore des volontaires. Si vous êtes habitant drômois, autour de Montélimar, Valence et Romans, vous pouvez participer. 

Un complément alimentaire pour réduire les symptômes

Ce traitement, nommé HydroCovid, est un complément alimentaire à base d’hydrogène moléculaire. Il se présente sous forme de comprimés solubles dans l’eau. Les patients atteints de formes aiguës du virus, avec des symptômes tels que de la fièvre, de la fatigue, une perte de goût ou d’odorat, sont les principaux sujets d’étude. « Le but c’est d’arriver au tout début de la maladie », indique Dr Jean-Luc Bosson, chercheur à l’université Grenoble Alpes. Si vous souhaitez participer, il faut donc vous manifester dès les premiers symptômes auprès de l’équipe de chercheurs.

Une hypothèse solide

L’efficacité de ce traitement est une hypothèse solide d’après les scientifiques. « Cette hypothèse nous est venue de travaux de recherche sur l’hydrogène moléculaire et son action antioxydante, bien connue en biologie et biochimie. Il y a aussi des travaux de recherche dans les maladies chroniques », explique-t-il. Des équipes chinoises et russes, ont notamment démontré l’intérêt de l’hydrogène en réanimation. Toutefois, avec cette étude, les scientifiques grenoblois cherchent à limiter les symptômes, à court et long terme, des formes non-graves de Covid19. Des formes qui ne nécessitent pas une prise en charge à l’hôpital. 

Un traitement pour les cas de Covid modéré

C’est d’ailleurs l’originalité de cette étude. Si plusieurs recherches s’intéressent aux formes graves, rares sont celles qui se penchent sur la majorité des cas : c’est-à-dire les Covid modérés. En France deux études de ce type ont notamment été menées : des chercheurs de Bordeaux qui étudient l’efficacité de médicaments classiques déjà existant, ainsi que des tests menés avec de la vitamine D. Mais pour ces derniers, le nombre de patients volontaires a été insuffisant pour pouvoir conclure.

L’HydroCovid est la plus grosse étude en nombre de cas « quasiment à l’échelle internationale », assure Jean-Luc Bosson. Pour le moment, 300 patients ont déjà passé la phase de test. Il en manque 200 pour pouvoir tirer les conclusions de cette recherche.

Pour participer à cette phase de test

Qui peut être volontaire : Les porteurs de Covid (sans gravité) de plus de 18 ans déclarant les premiers symptômes de la maladie et ayant un test positif.

Où : Pour participer il faut habiter dans un périmètre de 30 km autour des agglomérations de Valence, Romans, Montélimar, Grenoble, Chambéry ou Dijon.

Comment : Le traitement vous est livré à domicile. Il est à prendre à deux reprises quotidiennement et sur une durée de 21 jours. Le comprimé à dissoudre dans l’eau peut être ingéré à n’importe quel moment de la journée. Vous serez suivi par un médecin qui effectuera deux visites à domicile, ainsi que deux téléconsultations. Un oxymètre (pour mesurer la saturation en oxygène dans le sang) ainsi qu’une boîte de masques vous sera mise à disposition.

Qui contacter : par mail Themas-HYDROCOVID@univ-grenoble-alpes.fr
Par téléphone: 04 76 76 50 40

Qu'en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Journal des bonnes nouvelles #4, le podcast

Mardi 28 décembre : Le journal de 9h