in ,

Saint-Vallier : Des suppressions de lits redoutées à l’hôpital

Crédit : Isabelle Crozelon

Une mobilisation a eu lieu, ce jeudi 21 octobre, devant l’hôpital de Saint-Vallier (hôpitaux Drôme Nord). Un rassemblement qui faisait suite à l’annonce d’une fermeture prochaine lits dès janvier 2022 en raison du manque de médecins. C’est le service de médecine physique et de réadaptation (MPR) qui est concerné. 45 lits sont menacés, ce qui fait craindre une mise en danger des patients, d’après les représentants syndicaux. Cette fermeture de lits entraînerait aussi la perte de 30 emplois au sein des hôpitaux Drôme Nord.

Un médecin pour 60 lits, équation impossible

“On avait quatre médecins jusqu’à il y a quelques semaines et on pourrait se retrouver avec un seul médecin en janvier dans ce service de MPR”, indique le directeur des hôpitaux Drôme Nord, Vincent Pegeot. Un seul médecin pour 60 lits d’hospitalisation… Une équation impossible ! Des solutions alternatives sont toutefois à l’étude “pour limiter au maximum cette fermeture de lit”, indique le directeur : recrutement de remplaçants, solidarité avec d’autres structures du territoire y compris privés, etc. Un médecin supplémentaire permettrait par exemple de limiter la fermeture à 30 lits. 

Une prise en charge post-opératoire limitée

Face à cette situation, ce matin, les représentants syndicaux avaient donc appelé à la mobilisation. L’objectif : alerter la population de cette perte de services de santé, mais aussi alerter l’Etat sur ce manque chronique de médecins à Saint-Vallier et partout en France.

“C’est toujours inquiétant car c’est plus facile de fermer des lits que d’en rouvrir”, indique Isabelle Crozelon, soignante à Saint-Vallier et représentante CFDT. A ses côtés, Stéphanie Baracant, représentante CGT s’inquiète aussi de la prise en charge des patients : “Ce service prend en charge des patients post covid, post réanimation, des gens qui ont fait des AVC, etc. Et on va les retrouver à domicile très rapidement avec pas forcément l’autonomie qu’ils devraient avoir pour rentrer chez eux”. Car dans les autres services, rappelle-t-elle, « on demande de garder les patients le moins longtemps possible et de faire tourner les lits ». 

Vers une disparition de l’hôpital ?

Depuis 10 ans les syndicats alertent sur le manque de médecin”, s’énerve Isabelle Crozelon. “Le numérus clausus a créé ça et l’Etat n’a rien fait pour y remédier.” En cause également, le manque d’attractivité de l’hôpital public. A Saint-Vallier, cela se traduit par la réduction progressive des services disponibles.« L’hôpital de Vallier se voit diminuer d’année en année » indique Stéphanie Baracant. La psychiatrie, déménagée à Montéléger, la fermeture des urgences de nuit, entre autres… Une peur de la fermeture définitive du site sévit au sein du personnel.

Qu'en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Jeudi 21 octobre : Le journal de 12 h

Ardèche : Trail des sapins, êtes-vous prêt(e) à relever le défi ?