in ,

Tournon-sur-Rhône : “Un deuil qu’on ne peut pas faire”

Fréderic Sausset, maire de Tournon, et Jean-Philippe Meyer, papa de Marie-Jeanne, ont dévoilé cette plaque. Photo Chérie FM / Guillaume SOCKEEL

Personne n’a oublié. Le 18 juin, il y a 10 ans quasiment jour pour jour, Marie-Jeanne Meyer disparaissait sur les hauteurs de Tournon-sur-Rhône. Le corps de cette joggeuse de 17 ans avait été retrouvé calciné le 21 juin, après trois jours de recherches très médiatisées. “À partir du moment où on avait pas trouvé le tueur, tout le monde imaginait avoir le tueur à côté de chez lui, et ça amenait un trouble à la stabilité de notre commune”, se souvient le maire Fréderic Sausset.

Le jeune meurtrier Anthony Draoui a depuis été arrêté, jugé, et condamné en appel à la perpétuité, avec une peine de sûreté de 22 ans. “Je crois que ceux qui ont vécu ce moment-là de près ou de loin […] ont toujours en tête qu’il s’est passé quelque chose d’anormal, d’extraordinaire qui [a] quelque part transformé la vie sociale de notre commune”, poursuit l’édile.

Une plaque commémorative

Hier, une plaque commémorative a été dévoilée au hameau de Bombrun, à proximité de la maison où résidait la famille au moment des faits.

“À Marie-Jeanne, disparue tragiquement. Une vie envolée, qui nous en dit la beauté” peut-on y lire. “C’est là où elle a vécu les derniers  moments de sa vie”, commentait le père de la victime, Jean-Philippe Meyer, après avoir lu un message durant lequel il a eu du mal à cacher son émotion. “Ce n’est pas une mort “normale”, donc on ne peut pas faire le deuil, on a ça sur le dos toute la vie. Beaucoup de gens m’ont parlé de ça, ils voulaient revenir à la peine de mort pour ce genre de crime horrible, mais moi personnellement, pour diverses raisons, je ne suis pas favorable à la peine de mort. D’abord, il ne faut pas être plus sauvage que ce qui a été… Par contre, je suis pour la perpétuité réelle. Parce que moi, toute ma vie, j’aurai ma prison à moi”. Sonia Andrieux, la maman de Marie-Jeanne, était aussi présente lors de cet hommage. Elle a également exprimé son émotion.

Plaque, Marie-Jeanne, Tournon, Ardèche

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capilotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! ).

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

fin du port du masque en extérieur

C’est officiel, plus de couvre-feu ni de masque à l’extérieur

Jeudi 17 juin : le journal de 12 h