in ,

Ardèche : Michel Drucker se confie avant son spectacle

L'animateur, qui bat des records de longévité sur le petit écran, sera sur scène en Ardèche. Crédit photo : Guillaume Gaffiot

Habitué à poser des questions à ses invités le dimanche sur France 2, c’est Michel Drucker qui s’assied aujourd’hui sur le canapé rouge de Chérie FM Vallée du Rhône. L’animateur sera en Ardèche ce vendredi soir dans le cadre de son spectacle « De vous à moi », qu’il présentera à 20h30 à la salle Agora de Guilherand-Granges.

 

Chérie FM : On a d’abord envie de savoir comment vous allez, Michel ?

Michel Drucker : « Ça va bien. Quand je vais en Ardèche, je vais toujours bien, parce que j’ai beaucoup d’amis là-bas et beaucoup de souvenirs. Je suis très content de venir à la frontière de la Drôme et de l’Ardèche, car je connais bien ce coin. Je survole beaucoup les gorges de l’Ardèche et puis pour moi, l’Ardèche, c’est Antraigues et c’est Aubenas, c’est notre ami Jean Ferrat.» 

Vous avez vécu une année 2021 – et une grosse partie de l’année 2020 –  difficile. Vous avez été opéré du cœur, donc ça a été très compliqué…

« Oui, très ! »

Comment ça va aujourd’hui ?

« Ça va mieux, parce que si ça n’allait pas je ne pourrais pas être sur scène en Ardèche (rires). Mais j’ai fait beaucoup d’efforts pour que ça aille mieux.  Je fais beaucoup de sport, je me suis beaucoup entraîné comme un sportif de haut niveau, pour retrouver la forme, et surtout pour retrouver mes kilos. Je n’étais pas très, très lourd quand j’ai quitté l’hôpital la rééducation car j’ai eu une année noire. »

Il en est question sur scène à travers ce spectacle « De vous à moi », que vous venez présenter ce soir, qui a d’ailleurs été, à 50%, remodelé.

« Oui, j’ai réécrit 50% du spectacle que je n’avais joué que trois ou quatre fois, parce que la Covid est arrivée. Et puis, de toute façon, l’actualité culturelle était au point mort pendant un an, la télé aussi.

Un hommage à ceux qui se sont beaucoup occupés de moi

Donc j’ai profité de ma longue rééducation, de mes longs mois et de mes nuits en clinique pour prendre des notes. Et cet été, j’ai réécrit la moitié du spectacle. »

Michel Drucker fêtera ses 80 ans cette année. Crédit photo : Guillaume Gaffiot

On parle de vous et on parle aussi beaucoup des autres à travers ce spectacle. Ce sont un petit peu les coulisses de la télé que vous nous dévoilez sur scène, finalement ?

« On parle de beaucoup de gens. Il y a à peu près 70 personnes dont je parle. Soit j’en parle, soit on les voit en photos, soit on les voit en extraits. Et puis en filigrane, il y a un hommage amusé, et j’espère amusant, au personnel soignant et à ceux qui se sont beaucoup occupés de moi : les infirmières, la morphine, les antidouleurs, tout ça… sont présents de manière sonore. Et je pense que ça rappellera des souvenirs, bons ou mauvais, mais des bons souvenirs j’espère, à ceux qui ont été hospitalisés comme moi et qui s’en sont sortis. »

Et vous rendez hommage, effectivement, à ces soignants qu’on a applaudis à l’occasion de la crise sanitaire lors de la première vague, tous les soirs à 20 heures. Alors, votre tournée se poursuit les jeudis, vendredis, samedis et  dimanches, depuis vendredi dernier jusqu’au mois de mai…

« Voilà. Pour l’instant jusqu’au mois d’avril ».

Ce qui est miraculeux, c’est que je sois encore là aujourd’hui

Cela fait un emploi du temps chargé puisque les émissions ne se sont pas arrêtées, elles continuent Etes-vous toujours autant passionné ?

« Oui, absolument. Vous savez, quand on a la chance d’avoir pour métier une passion, c’est du bonheur. C’est fatigant, c’est angoissant parce qu’on a toujours peur de l’échec. Et puis c’est un stress, notre métier. Mais la récompense, ce sont les spectateurs. Moi, si je pars en tournée, c’est aussi pour remercier tous ceux qui me suivent depuis si longtemps. Parce que dans deux ans, au moment des Jeux Olympiques de 2024 à Paris, je serai à la télévision depuis 60 ans, c’est pas banal, donc je voulais raconter un petit peu tout ça sur scène. »

Sur l’affiche, justement, de votre spectacle « De vous à moi », on voit l’actuel Michel Drucker et celui d’il y a quelques dizaines d’années. Que dirait l’actuel Michel Drucker à l’autre Michel Drucker ?

« Vous verrez si vous venez me voir sur scène : il y a cet échange entre le jeune et le plus ancien. Le jeune aimerait bien savoir ce qui va lui arriver, et le plus ancien lui demande à la fin ce qu’il a pensé de son spectacle. Donc ce sont des échanges entre un grand frère et un petit frère, comme s’ils étaient jumeaux, c’est très troublant. Mais en tout cas, le jeune homme se faisait beaucoup de souci parce que sur scène, j’ai à la fois mon âge aujourd’hui et 50 ans de moins. Et c’est vrai qu’il y a 50 ans, je me demandais si je serai encore là dans dix ans, dans vingt ans, et ce qui est miraculeux, c’est que je sois encore là aujourd’hui.

Je rêvais de faire l’Ardéchoise

Mais je pense que c’est un témoignage optimiste, puisque mon spectacle se termine par une citation de Claude Lelouch, qu’il m’a soufflée, et qui dit que les plus belles années d’une vie sont celles qu’on n’a pas encore vécues.  Et pour être très optimiste, mon spectacle se termine par une chanson d’Annie Cordy que tout le monde connaît, qui, a pour titre « Ca ira mieux demain. »

Vous n’êtes pas sans savoir que l’Ardèche est une terre de vélo, vous êtes un passionné de vélo, ça fait partie de la thérapie d’ailleurs…

« C’est ma passion ! »

Vous allez venir en faire en Ardèche ?

« Je rêvais de faire l’Ardéchoise, mais il faut être d’un très, très haut niveau. J’ai des copains qui sont des anciens pros qui font l’Ardéchoise. Mais je connais le parcours de l’Ardéchoise, je connais les petits cols d’Ardèche, pour les avoir sillonnés en voiture ou dans les airs. Mais c’est vrai que pour faire l’Ardèche à vélo, il faut déjà être d’un très bon niveau. Mais c’est magnifique, et c’est vrai que je suis un fondu de vélo, ça c’est clair. »

Avec un peu d’entraînement, peut-être que vous pourriez revenir faire l’Ardéchoise un de ces jours !

« Oui, mais avec un vélo électrique (rires). Avec mon VTT électrique ! »

 

Réécoutez l’interview de Michel Drucker, joint par Guillaume Sockeel :

2101 INVITE MICHEL DRUCKER

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Vendredi 21 janvier 2022 : Le journal de 12h

Match à domicile pour le SVBD.

Saint-Vallier : Allez encourager le SVBD face à Boulazac !