in ,

Drôme : un documentaire pour apprendre à vivre avec la crise climatique

En salle cette semaine, Une fois que tu sais… Un long métrage du documentariste Emmanuel Cappellin, installé dans la Drôme. A travers ce film il cherche à informer sur la réalité du changement climatique mais surtout à transmettre de l’espoir. Car face à cette catastrophe annoncée l’organisation collective, la solidarité et la résilience peuvent nous aider. 
 

Dans son 6e rapport, publié cet été, le Giec tire une bonne fois pour toute la sonnette d’alarme. Les activités humaines, responsables du changement climatique, vont provoquer une forte hausse des températures beaucoup plus tôt que prévu. Les 1,5 degrés supplémentaires – limite que les États s’étaient fixés dans l’accord de Paris – pourraient être là dès 2030. Conséquences : fortes précipitations, tempêtes, sécheresses et autres événements climatiques extrêmes devraient se multiplier à l’avenir. Alors comment vivre une fois que l’on sait tout cela ? C’est l’objet du documentaire du Drômois, Emmanuel Cappellin.
 

Des rencontres avec des scientifiques

Une fois que tu sais… C’est l’histoire d’un homme qui se confronte aux limites de son monde et à la crise climatique.  Quand il prend conscience qu’un effondrement de notre civilisation industrielle est inévitable il va partir à la rencontre d’experts et de scientifiques. Pablo Servigne, Jean-Marc Jancovici, Susanne Moser… Chaque rencontre va être comme une marche qui va permettre au réalisateur, Emmanuel Cappellin, d’avancer dans ce parcours difficile.
 
Emmanuel Cappellin, qui a étudié les sciences de l’environnement puis le cinéma, a mis en lien ces connaissance dans les deux domaines pour se spécialiser dans le documentaire environnemental. Des documentaires qui posent la question de la relation entre les humains et leur monde. Après avoir travaillé notamment auprès de Yann Arthus-Bertrand, ce film est sa première création. Une longue aventure puisque le film sort maintenant, après 8 ans de travail”, précise le réalisateur.
 

Quels espoirs ?

Huit ans et bien plus encore qu’Emmanuel Cappellin est témoin du désastre en cours sur la planète. Et pourtant l’espoir ne l’a jamais quitté : “La question de l’espoir c’est un peu la même que : est-ce qu’il est trop tard ? Mais trop tard pour qui, trop tard pour quoi ?” Réagit le réalisateur. La transformation progressive de notre monde est bien réelle et à l’avenir certaines zones de la planète ne seront plus habitables pour l’homme. Et pourtant, “ce n’est pas l’apocalypse”, explique Emmanuel Cappellin. “C’est pour ça qu’on emmène les gens au Bangladesh pour leur dire : regardez, il y a des gens qui vivent au quotidien avec ce que nous on considérerait comme des conditions d’effondrement. Mais en fait les gens vivent de manière très digne et organisée… Et donc ça permet de désamorcer les angoisses que les gens peuvent avoir.”
 

 

Retrouvez les extraits d’interview diffusés sur notre antenne

“Il est toujours trop tard pour une espèce disparue mais il n’est pas trop tard pour tous les autres. Tant qu’on est vivant il y a de l’espoir.”

Emmanuel Cappellin, réalisateur
 
 

“J’ai fait beaucoup d’interviews avec des gens partout dans le monde. J’ai été confronté à l’ampleur du désastre et  je pense que ça a eu une influence sur mon travail aujourd’hui.”

Emmanuel Cappellin, réalisateur
 
 

“Il s’aventure dans cette histoire avec une certaine candeur mais en même temps déjà une sorte d’amertume et le parcours va le transformer pour l’amener vers quelque chose qui mêle actions et projection dans le monde et dans l’avenir.”

Emmanuel Cappellin, réalisateur
 

“Pour certaines personnes c’est une fois que tu découvres la question climatique, pour d’autres une fois que tu découvres l’impossibilité d’une croissance infinie dans un monde fini. Et puis entre savoir et croire il y a encore un saut à faire. C’est ce saut là qu’on essaie de proposer aux spectateurs dans le film.”

Emmanuel Cappellin, réalisateur
 

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Pauline De Deus

Pauline De Deus, la 1ère hippy qui parle avec l'accent de Nadine de Rothschild !
Elle présente son journal debout, c'est peut-être un détail pour vous !
N'aime pas quand on gaspille, sa phrase préférée : C'est pas parce que c'est périmé depuis 3 mois que tu ne peux pas le manger !

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Les orages se sont abattus sur la Drôme et l'Ardèche pendant le week-end, provoquant des coupures d'électricité, comme nous le relations ce matin sur Chérie FM.

Drôme/Ardèche : Incendies, inondations et coupures d’électricité après les violents orages

Mardi 28 septembre : Le journal de 12h (94.0)