in ,

Drôme : Une journée qu’Emmanuel Macron n’est pas près d’oublier

C’est une séquence dont le chef de l’Etat et ses équipes se seraient bien passé. Alors qu’il sortait d’une fin de matinée passée au lycée hôtelier de Tain-l’Hermitage, et au moment de prendre la route pour Valence, le Président de la République a été giflé par un individu, présent dans une foule de quelques personnes qu’il venait saluer. L’homme a immédiatement été maîtrisé par les gardes du corps du locataire de l’Elysée. La scène, relayée sur les réseaux sociaux, a rapidement suscité de nombreuses réactions émanant de l’ensemble de la classe politique nationale et locale. Deux Drômois ont été interpellés. Il s’agit de l’agresseur et de son accompagnant. Ces deux hommes de 28 ans ont été placés en garde à vue du chef de “violences sans incapacité sur personne dépositaire de l’autorité publique”, indiquait dans la soirée le Procureur de la République de Valence Alex Perrin. “Des personnes qui, visiblement, ne sont plus dans le cadre d’une société qui fonctionne bien”, constate le maire de Tain-l’Hermitage, Xavier Angeli. Leurs motivations ne sont toutefois pas connues pour l’instant. Quelques instants avant ce geste, le chef de l’Etat avait justement appelé au calme lors d’une allocution devant les journalistes dans l’enceinte de l’établissement scolaire. “Si la haine et la violence reviennent, elles fragilisent une seule chose, c’est la démocratie”, avait mis en garde Emmanuel Macron.

MACRON DROME

Malgré cet acte de violence, pas question pour le Président de modifier la suite de son programme. Il a donc, comme prévu, échangé avec une cinquantaine de convives au Bistrot des Clercs. Visite à l’issue de laquelle le locataire de l’Elysée a déambulé, à pied, dans les rues du centre-ville, sous haute surveillance, échangeant quelques mots avec les commerçants et les passants, acceptant volontiers les selfies. En retard de plusieurs heures sur le programme initial, le chef de l’Etat a rejoint LIVE, l’institut des vocations pour l’emploi, installé sur les boulevards du centre-ville. Cet institut de la deuxième chance a été créée par son épouse Brigitte Macron – présente lors de la visite – et financé par le groupe LVMH. Avant de repartir à l’aéroport de Valence-Chabeuil, Emmanuel Macron s’est offert une nouvelle rencontre avec la population, sur les boulevards. “Je continuerai d’aller partout”, a assuré le chef de l’Etat à cette occasion.

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capilotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! ).

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Mardi 8 juin : le journal de 12 h

Le Discours