in ,

La Roche-de-Glun : Une traversée du Rhône plus sécurisée

La passerelle a été inaugurée ce matin. Photo Chérie FM / Guillaume SOCKEEL

Des enjoliveurs sur le bord de la route, des rétroviseurs cassés… et surtout de belles frayeurs. C’est ce qu’ont vécu pendant longtemps les 7 000 conducteurs qui traversent quotidiennement le Rhône pour relier la Drôme et l’Ardèche entre La Roche-de Glun-et Glun. Les usagers de la route devaient redoubler de vigilance pour éviter de frotter le trottoir ou d’heurter le véhicule arrivant dans l’autre sens. “En plus, au milieu de cela, les piétons étaient très peu mis en sécurité, parce que les trottoirs étaient très peu larges mais surtout, les vélos avaient du mal à se véhiculer pendant les heures de pointe”, se souvient Fréderic Sausset, le président d’Arche Agglo. “Heureusement, il n’y a jamais eu d’accident grave, mais le jour où ce serait arrivé, tout le monde se le serait reproché”.

Une circulation plus facile pour tous

Ce mardi matin, les élus ont donc inauguré les travaux qui ont été menés pendant près d’un an sur l’ouvrage : une chaussée élargie de 50 centimètres, et surtout, un bel encorbellement : une passerelle de trois mètres de large et 179 mètres de long, permettant désormais aux cyclistes et aux piétons de circuler en toute tranquillité. Le chantier a coûté plus de 2 800 000 euros.

Mais les édiles des deux communes concernées estiment qu’il faut aller encore plus loin dans les aménagements. “Il risque d’y avoir plus de véhicules qui vont passer”, prévient le maire de Glun. “Tout ce qui est abords des barrages, il faudrait aussi penser à ce qu’ils soient dimensionnés pour tous ces véhicules. Côté Glun, notre départementale 222 n’est pas aménagée puisqu’elle passe dans le village, il y a peut-être des choses à revoir“, estime Jacques Luyton. Même constat de l’autre côté du Rhône : “La Roche, c’est pareil. C’est la RD 220a, qui n’est pas sécurisée pour les cyclistes”, déplore Michel Gounon. Il faut qu’avec le Département et l’Agglo, on travaille pour faire en sorte que cette voie devienne aussi un axe de circulation voies douces sécurisé”. Le maire pense aussi au pont central enjambant le canal, “un pont dangereux, je le répète depuis un certain nombre d’années. Il faut faire des études, de façon à ce que dans cinq ou 10 ans, une réalisation puisse se faire, et qu’on ne commence pas des études quand on aura déploré des accidents dessus”.

Les deux maires lancent donc un appel au Département et à l’Agglo pour que ces dossiers soient inscrits dans les plans d’aménagement cyclables, en cours d’élaboration. Ils évoquent notamment le plan vélo dévoilé lundi par la Première ministre : Elisabeth Borne a promis d’investir 250 millions d’euros en 2023.

Vers un deuxième pont à Tain-Tournon ?

De son côté, le président d’Arche Agglo, également maire de Tournon-sur-Rhône, ne veut pas s’arrêter là en matière d’aménagements routiers : il se dit en faveur d’un deuxième franchissement du Rhône, “peut-être au sud de Tournon-Tain, qui permettrait d’alléger la problématique de circulation automobile, même si on souhaite qu’elle se réduise de plus en plus.”

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Un homme blessé par balles à Valence.

Valence : Un jeune homme sauvé du suicide par les policiers

Une belle course