in ,

Le Péage de Roussillon : “Un autre accident est possible !”

La police municipale a notamment été mobilisée pour contrôler les poids-lourds. Photo Chérie FM / Guillaume SOCKEEL

Cette journée du 5 décembre marquait un triste anniversaire, au Péage-de-Roussillon. A cette date-là, en 1981, un camion espagnol victime d’une rupture de freins avait percuté plusieurs véhicules stationnés rue de la République, en plein coeur de la cité nord-iséroise. Un incendie s’était déclaré, avant de s’étendre à des commerces. Bilan : six morts et 23 blessés.

Des camions qui ne respectent pas les restrictions

Hier, 41 ans après les faits, le maire André Mondange a voulu commémorer ce terrible accident en organisant une opération de contrôles des poids-lourds. Depuis le drame, les camions de plus de 3 tonnes 5 n’ont en effet plus le droit de circuler dans le centre-ville. Or les forces de l’ordre ont contrôlé un camion qui n’avait pas respecté cette obligation. Le chauffeur a été verbalisé et a écopé d’une amende de 135 euros.

Photo © Ville Le Péage-de-Roussillon

“Il y aurait d’autres mesures à prendre”

Au lieu de s’aventurer dans les rues du centre-ville, le conducteur aurait du prendre l’autoroute au nord de la commune, pour se diriger vers le sud. La création de cette entrée de l’A7 a été l’une des mesures prises après l’accident, consécutivement à la venue du ministre des Transports de l’époque, Charles Fiterman.

Mais  André Mondange, le maire du Péage de Roussillon, aimerait bien que d’autres choix soient faits. “Une des mesures qui pourrait être prise, c’est la mise à double-sens de la déviation à partir du rond-point de la Paix […] Mais ça n’empêcherait pas que les camions descendent cette fameuse descente de Louze”. L’édile indique que Vinci Autoroutes a été contacté pour mettre en place un panneau d’obligation pour les poids-lourds. Selon lui, la signalisation déjà existante au niveau du plateau de Louze n’est pas suffisante. “Notre action, c’est aussi un moyen de sensibiliser les pouvoirs publics, pour leur dire : attention, on vous le dit très clairement, un autre accident est possible !” prévient André Mondange.

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Camille Comte écarté de l'entraînement du BDP Drôme Handball

Bourg-de-Péage : Le club de handball va déposer le bilan

Mardi 06 décembre : Le journal de 12h