in ,

Valence : Des tensions lors d’un rassemblement contre les violences sexistes

Des échanges tendus hier soir à Valence. Photo d'illustration

[MISE A JOUR 14H45]

Suite aux actes de violence survenus, hier soir, lors d’un rassemblement contre les violences sexistes, le maire de Valence, Nicolas Daragon a condamné les faits “avec la plus grande sévérité” et a “invité les victimes à déposer plainte rapidement”. “L’agression subie hier, le jour même de la lutte contre les violences faites aux femmes, est tout simplement inqualifiable”, dit-il.

[MISE A JOUR 12H15] Répondant aux sollicitations de Chérie FM Vallée du Rhône, “Elo”, membre du collectif Witch Block, a contacté la rédaction ce vendredi midi. Elle était présente hier soir à cette manifestation, qui n’avait pas fait l’objet d’une déclaration préalable. Selon elle, les membres de l’ultra-droite ont investi les abords de la fontaine monumentale pendant le rassemblement. Ils auraient alors déployé une banderole. “On s’est rassemblés devant leur banderole, mais ils ne voulaient pas bouger. J’ai tiré sur la banderole. Un des individus a commencé à se servir d’un manche pour frapper une personne à côté de moi. Elle a reçu un coup sur la tête, elle a une plaie sur le front et la lèvre éclatée” indique Elo. 

 

 

La soirée de ce jeudi 25 novembre a été quelque peu agitée, au pied de la fontaine monumentale. Un groupe composé d’une soixantaine de personnes manifestait sur place, répondant à l’appel de Witch Bloc, collectif féministe, à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes

Une douzaine de personnes, membres de l’ultra-droite, se serait invitée au rassemblement. S’en est suivi un affrontement verbal, aux points que certains en seraient même venus aux mains, mais la scène aurait été très courte. 

La Police Nationale indique avoir contrôlé, à l’issue de ces échanges tendus, des membres des deux groupes. Il n’y a pas eu d’interpellation, ni de dépôt de plainte. Toujours d’après les services de police, personne n’a été blessé. Mais la soirée ne manque pas de faire réagir.

Jimmy Levacher, conseiller municipal La France Insoumise (LFI) qui n’était pas présent sur place, se dit “très en colère”. L’élu indique avoir informé le maire LR de Valence Nicolas Daragon hier soir. Il explique aussi avoir échangé avec lui de manière privée. Il sollicite un rendez-vous “rapide” avec l’adjoint à la sécurité et à la tranquillité publique, et le responsable de la police municipale, pour obtenir des éclaircissements sur le déroulé de la soirée. 

C

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Saint-Donat : L’ouverture du nouveau collège retardée

Journal des bonnes nouvelles #3, le podcast