in ,

France : 102 féminicides depuis le début de l’année

Journée spéciale sur Chérie FM Vallée du Rhône à l'occasion de ce 25 novembre.

102 femmes ont perdu la vie depuis le début de l’année en France sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint… Ce décompte macabre est mis en avant sur la page Facebook du collectif Nous Toutes. Un chiffre qui interpelle, alors que ce jeudi marque la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes.

A travers la campagne « ruban blanc », des visages s’affichent un peu partout. Ils mettent en avant des femmes et des hommes du territoire qui disent non à ces violences. Photo Chérie FM/Guillaume SOCKEEL

Selon Fabrice Delabroy, directeur de l’association Remaid France Victimes 26, association départementale agréée par le Ministère de la Justice, les mentalités commencent enfin à évoluer dans le bon sens. “C’est une problématique qui était sous les écrans-radars, et depuis le Grenelle sur les violences conjugales (en septembre 2019, ndlr), il y a une libération de la parole. Il y a beaucoup de personnes qui avant nous disaient qu’ils étaient gênés, dérangés par les violences de leurs voisins au-dessus. Aujourd’hui ils nous appellent pour nous dire : je vous appelle pour vous signaler que ma voisine est en danger” remarque-t-il.

“Signaler, c’est protéger”

Signaler, c’est protéger, comme le martèlent les différents acteurs engagés dans la lutte contre ce fléau, notamment les forces de l’ordre qui sont amenés à enregistrer les dépôts de plainte. Plusieurs signaux doivent alerter. “Déjà il y a la violence physique. Dès qu’on constate un changement de comportement chez la victime, un isolement, un repli sur soi, des modifications de style vestimentaire, une personne qui se maquille beaucoup moins… c’est des petits signaux d’alerte auxquels il faut prêter attention”, indique l’adjudante Hélène Delport, commandante de la Maison de Protection des Familles installée à Tain-l’Hermitage.

Une Maison de protection des familles dans la Drôme, mais aussi en Ardèche.
Les adjudantes Hélène Delport (à gauche) et Caroline Diaz (à droite), travaillent dans la nouvelle Maison de Protection des Familles, à Tain-l’Hermitage. Photo Chérie FM / Guillaume SOCKEEL

Cette nouvelle unité devrait être opérationnelle début 2022  pour prendre en charge les femmes et enfants victimes. Elle dispose d’une adresse mail : mpf.ggd26@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Une unité similaire a aussi vu le jour côté Ardèche, à Annonay. En zones urbaines, la Police Nationale est également engagée dans cette lutte contre les violences conjugales et intrafamiliales, alors que le nombre de faits connus était en augmentation dans la Drôme.  

“Signaler, c’est protéger”

Pour se sortir de cette spirale infernale, quand on est victime, il faut quitter le foyer avant qu’un drame ne survienne. Pas toujours facile, cependant, de franchir le pas. Caroline Diaz, adjointe à la commandante de la Maison de Protection des Familles à Tain-l’Hermitage, dispense quelques conseils : 

  • Identifier une personne de confiance qui pourrait les aider en cas d’urgence, convenir d’un code de façon prévenir les forces de l’ordre à leur place si nécessaire,
  • Préparer un sac contenant des vêtements, des documents d’identité, qui pourrait être emporté facilement en cas de départ en urgence. Laisser ce sac chez un voisin ou chez un proche, hors de vue du conjoint violent,
  • Créer un compte bancaire à leur nom de jeune fille,
  • Enregistrer les numéros d’urgence (17,18, 3919),
  • Sensibiliser les enfants aux comportements à adopter : aller chez le voisin, sortir dans la rue alerter des personnes, ou composer eux-mêmes les numéros d’urgence,
  • Scanner et protéger les documents pouvant servir de preuve : certificats médicaux, dépôts de plainte… Un coffre-fort numérique est accessible sur un site internet spécifique.

Des mesures nationales et régionales

De nouvelles mesures vont être annoncées ce jeudi par le Premier Ministre Jean Castex. Parmi elles : la création de nouvelles places d’hébergement, le déploiement de téléphones “grave danger”, ou encore l’instauration d’une semaine de l’égalité entre les filles et les garçons à l’école dès année prochaine. 

De son côté, la Région Auvergne Rhône-Alpes annonce une enveloppe de trois millions d’euros pour créer 300 hébergements supplémentaires d’ici deux ans. 160 millions d’euros vont également être investis pour sécuriser les transports. Des boutons d’alerte vont également être testés avec plusieurs association du territoire. Il s’agit d’un mécanisme discret permettant d’envoyer un SMS géolocalisé à cinq proches, d’enregistrer les bruits et de détecter les chutes.

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Mardi 24 novembre : Le journal de 12h

Jeudi 25 novembre : Le journal de 12h