in ,

Valence : Le personnel du centre-pénitentiaire se mobilise

Photo fournie par le syndicat Ufap/Unsa Justice.

La coupe est pleine pour le Ufap/Unsa Justice. 70 personnes sont mobilisées ce jeudi matin à l’appel du syndicat devant le centre-pénitentiaire de Valence où un feu de palettes a été allumé. Hier matin, un détenu transféré de Bourg-en-Bresse a refusé de se soumettre à la palpation. Il a asséné un coup de poing à l’un des agents. Il a pu être maîtrisé dans la difficulté, mais s’en est pris ensuite à d’autres surveillants : crachat, morsure et même tentative d’étranglement. Au final, deux agents ont été transportés à l’hôpital. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour Sylvain Royère délégué syndical Ufap/Unsa Justice en Auvergne/Rhône-Alpes. “On n’arrête pas de se faire agresser, ça ne peut plus durer !” Le syndicat rappelle l’actualité récente, marquée par un incendie, une tentative d’assassinat, des agressions et la découverte d’armes artisanales au sein de l’établissement…

Moins de laxisme et plus de personnel

En février dernier, une mobilisation similaire avait déjà eu lieu devant l’établissement. “Rien n’a changé, l’administration reste complètement autiste à nos demandes. On continue de faire des permissions de sorties “en veux-tu, en voilà” à des détenus qui ne le méritent pas forcément, à faire des activités Masterchef, cuisine ou cheval pour les détenus, et les personnels, c’est à grands coups de trique qu’on les gère.” Le syndicat dénonce le laxisme et le manque de personnel. “On a un organigramme où il nous manque presque cinquante personnels. On va devoir ouvrir une nouvelle structure, d’accompagnement vers la sortie dans quelques mois. On n’a toujours pas les personnels, ça pourra pas faire.” Sylvain Royère n’exclut pas une nouvelle mobilisation dans les prochains jours.

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Guillaume Sockeel

Guillaume Sockeel, journaliste à la pointe de l'actu. D'une réactivité et d'une rigueur sans faille, il a un faible pour le vin, les uniformes... et les demi-échangeurs. L'équipe ne serait rien sans ses jeux de mots capillotractés (mais le mystère des stylos disparus serait peut être résolu ! )

Laisser un commentaire

GIPHY App Key not set. Please check settings

Serrières/Sablons : Camion coincé, pagaille sur les routes

Drôme : Amel Bent se confie à Chérie FM avant son concert